Oleron (Cabuzel) L'île d'Oléron  
Vendredi 31 octobre 2014 - 13h34 - Soleil : lever 8h44, coucher 18h53 - Lune : pleine lune le 7 novembre
Accueil arrow Villages arrow Boyardville  
 
Oléron
Accueil
Villages
Thèmes
Album photos
Livre des visiteurs
Petites annonces
Liens
Divers
Rechercher
Plan du site
Me Contacter



Ile d'Oléron


Les saisons oubliées


Votez pour moi
www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web.




Boyardville (45°58'10"N 1°14'30"W) Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Historique

Le pont sur le chenal de BoyardvilleOn raconte l'histoire d'un trésor qui, bien que voué à une vie sous-marine est à chercher sur la terre ferme. Il s'agit d'un gallion qui s'échoua au XVII' siècle du côté de l'actuelle plage des Saumonards. La tradition veut qu'il ait été chargé d'or. Étrangement, il est arrivé que les Oléronnais ramassent à marée basse, des monnaies d'or très bien conservées sur la grève des Saumonards !

Sur cette même pointe des Saumonards, au nord du village de Boyardville, se trouve un Fort, qui est maintenant occupé par une colonie de vacances. Ce Fort, s'est appelé Fort Napoléon, Fort de la Galissonière et enfin Fort Saumonard. Au début du 20ème siècle, l'école de torpilles qui occupa le Fort de la Galissonière donna son nom au canot de sauvetage de Chaucre.

Ce fort participait à la défense de l'embouchure de la Charente, et le Fort Boyard, célèbre par l'émission télévisée qui s'y déroule, fut construit dans le but de croiser les feux des canons avec lui. Une page de l'album photo est consacrée au Fort Boyard, dans son état précédent sa rénovation.

Pendant la première moitié du 20ème siècle, les résiniers ont animé la forêt par leurs activités. Dès le mois de mars, ils entaillaient les pins, en plaçant un pot en terre cuite sous chaque entaille pour recueillir la résine. Cette résine était ensuite collectée, amenée sur le continent où elle était distillée pour fournir la térébenthine et le collophane. Cette activité s'arrêtait aux premiers jours de novembre.

Avant la construction du pont reliant l'île au continent, Boyardville était l'un des trois points d'accès au continent (avec le Le Château d'Oléron et Saint Trojan les Bains) par voie maritime. Dès 1841, la compagnie l'Insulaire assure un voyage par semaine avec La Rochelle. De 1881 à 1887 est aménagé un grand bassin avec écluse.

Dès 1904, il était relié au reste de l'île par un embranchement qui relie Boyardville à la ligne principale de Chemin de fer, la liaison se faisant à Sauzelle (vous pouvez encore voir la gare, juste après le Pont, à gauche, en se dirigeant vers Sauzelle). Par ce train, de nombreuses marchandises sont amenées du continent : charbon, matériaux de construction, engrais,... et exportent les produits locaux. Le trafic de voyageurs est également très important, les vapeurs "Boyardville" (70 tonneaux) et "Pierre Loti" (à partir du premier mai 1932) transportant de nombreux passagers entre l'île et La Rochelle.

Une partie du pont pouvait tourner, de façon à permettre aux bateaux de remonter le chenal jusqu'à la Saurine pour y charger le sel à destination du continent.

Sa position en faisait le principal point de commerce entre le continent et la "capitale" de l'île Saint Pierre. Le sel extrait des marais salants, le cognac et le pineau étaient alors les principales marchandises exportées.

Maintenant

Mairais salant en activité à BoyardvilleBoyardville est toujours resté un village touristique. Le port de plaisance est un port à écluse ouvert en moyenne 5 heures par marée, il accueille de nombreux navires et crée une animation continuelle. Dans le chenal, le port de pêche n'est pas vraiment délaissé : une demi-douzaine de chalutiers sont en activité et vous vendent le produit de leur pêche.

En 1998, un marais salant a été remis en activité, vous pouvez en admirer les aires dans la photo de droite.

En allant vers le nord, vous irez jusqu'à la plage de Boyardville, immense plage de sable fin, accolée à la forêt. Vous passerez alors à côté de l'embarcadère, point de départ de croisières touristiques en direction des îles avoisinantes (Ré, Aix,...) ou du continent (La Rochelle, la Charente,...), vous pourrez aussi faire le tour du Fort Boyard (qui ne se visite pas). Le petit train que vous verrez est exclusivement réservé aux participants aux croisières (allez à Saint Trojan pour faire un tour en petit train dans la forêt).

Vous pourrez également vous promener dans la forêt. Rendez visite au Fort de la Galissonière : ce fort protégeait, avec le Fort Boyard et La Rochelle, l'accès à l'arsenal de Rochefort. Il est maintenant transformé en camp pour colonie de vacances, mais des blockhaus sont encore disséminés dans la forêt. Parcourez cette forêt de résineux, avec sa grande dune (le plus haute de l'île) couverte de pins maritimes aux formes torturées par les vents violents des tempêtes hivernales, de nombreux sentiers de randonnées la balisent.

A marée basse, allez vous promener le long du Chenal de Boyardville, côté sud. Descendez sur la plage qui se trouve là, et allez jusqu'à la mer : elle semble loin, mais ce n'est qu'une impression. Une intense activité règne alors autour de vous (vous pouvez consulter les horaires des marées pour préparer votre promenade).

Les personnes qui grattent avec des griffes recherchent des coques, celles qui bêchent à toute allure pêchent des couteaux et des myes (gros coquillages à la chair coriace), elles ont souvent un paquet de sel dont elles mettent une pincée dans un trou, dans l'espoir de faire croire au couteau qui habite le lieu que la mer remonte. Le couteau remonte alors dans son tube, et lorsqu'il apparaît, il faut le déloger à grands coups de bêche.

Dans la mer, en bord de plage, des gens poussent des filets. Ils s'agit de havenaux, encore appelés troubles car ils remuent le sable pour en déloger les crevettes. C'est en effet les crevettes qui sont la cible de cette pêche, mais parfois une sole de bonne taille se laisse prendre. Dans ces eaux chaudes et très nourrissantes, c'est une multitude d'animaux marins qui sont récoltés dans ces haveneaux : petits poissons de toute nature (soles, carrelets, bar, de quelques centimètres de long), petites seiches d'un centimètre de diamètre, hypocampes de taille adulte qui paissent dans les algues flottantes, syngnathes (poisson très filiforme), crabes de bonne taille, petites araignées de mer, étoiles de mer et bien sûr des crevettes. Il y a là trois sortes de crevettes : des crevettes des sables, des crevettes des rochers et des bouquets.

Vous pouvez facilement vous adonnez à cette pêche, il suffit de venir avant la marée basse, avec un coefficient suffisamment fort. Vous pouvez faire sécher les syngnathes et les étoiles de mer pour garder un souvenir de l'île en hiver, mais les hippocampes sont une espèce protégée : à remettre impérativement à l'eau. Vous pouvez prendre autant d'étoiles de mer que vous voulez (les ostréiculteurs vous remercieront de les débarasser de ces animaux dévoreurs d'huîtres et de moules).

A côté de ces estivants, vous pouvez voir des ostréiculteurs professionnels au travail dans leurs parcs. Ils posent souvent des filets qu'ils ramènent remplis de soles, de carrelets et de mulets. Ils viennent nettoyer les parcs, brûlant parfois les moules qui envahissent les huîtres avec un chalumeau relié à une bouteille de gaz qui flotte dans l'eau ! Ne les gênez pas dans leur travail, mais n'hésitez pas à leur poser des questions. Ils seront toujours prêts à vous faire connaître leur métier. Et ne ramassez pas d'huîtres, même celles qui sont en dehors des parcs, si vous ne voulez pas vous attirer les foudres de leurs propriétaires.

Un peu plus loin, des rangées de bouchots se profilent. Le terrain est très vaseux à cet endroit, faites attention de ne pas tomber sur les coquilles accérées des huîtres (et portez toujours des chaussures). Sur ces bouchots, sont élevées des moules qui seront vendues sur les marchés locaux.

Cette promenade sur le littoral achevée, vous pouvez aller voir le lieu-dit "les cabanes ostréicoles". Le nom indique clairement ce que vous allez y trouver (prendre la petite route en prolongement du pont, c'est une impasse). Je vous laisse découvrir cet endroit méconnu, et y faire de très belles photos.

Il y a un bon spot de skimboard, à la pointe de Boyardville.

Sur le net, vous pouvez visiter le site du Centre Sportif Départemental de Boyardville.
 
Meteo

Click droit -> nouvelle page
 
Top! Top!